Surveillance basée sur les conditions :
Utiliser les données, améliorer la performance des installations
Épisode 11

Les données de production et leur visualisation

Le premier ép isode du podcast sur les entraînements portait déjà sur le Condition-based Monitoring (CBM). En point de mire à l’époque : la technique et l’apprentissage du système. Dans l’épisode 11 de Drehmoment – der Antriebspodcast, l’utilisateur est au centre de l’attention. Il s’agit de données et de visualisation. L’hôte du podcast Robert Weber s’entretient avec l’utilisateur Jakov Perisic de Molson Coors, un groupe brassicole multinational dont le portefeuille comprend de nombreuses marques de bière et de boissons célèbres, Ian Rowledge, spécialiste de la collecte et de la visualisation des données de production chez LineView et Virgil Ioan Lupu de Danfoss Drives. Lupu fait partie de l’équipe qui a développé le Condition-based Monitoring avec des convertisseurs de fréquence.

Les trois experts sont d’accord : les données doivent être transformées en informations utiles et facilement compréhensibles, afin d’introduire davantage d’intelligence dans les processus de production lors de la prochaine étape. Jakov Perisic, en particulier, cherche une solution simple et pratique : "Avec CBM, nous ne voulons pas seulement rendre les réparations plus efficaces, mais aussi pouvoir faire fonctionner l’installation plus longtemps. Au centre, il y a notre plateforme interne, qui est remplie de données et qui nous assure la transparence des processus". Mais la première étape, à savoir filtrer les informations importantes parmi la multitude de données, n’est pas triviale. Les trois experts expliquent comment ils y parviennent dans leur entretien podcast.

Drehmoment - Le podcast de la propulsion | Episode 11

Deux ans de montagnes russes - Entretien avec Jakov Perisic de Molson Coors

Jakov Perisic est Senior Manufacturing Excellence Lead chez Molson Coors. Les spécialistes des boissons utilisent des variateurs de fréquence avec fonctionnalité CBM de Danfoss Drives et rassemblent les données et les informations de différents systèmes dans une plateforme interne. La pandémie a exigé beaucoup de lui et de son équipe. La transformation numérique a eu un impact total sur la production. Il explique dans l’interview comment lui et son équipe gèrent cette situation et comment ils optimisent ensemble les processus.

Drehmoment - Der Antriebspodcast: Jakov Perisic

Comment la numérisation modifie-t-elle la production chez Molson Coors ?

Pendant la pandémie, nous avons envoyé de nombreux collègues en télétravail. Ils devaient travailler à domicile. Cela a fonctionné, notamment grâce à nos nouveaux processus. Chez nous, la plupart des processus étaient déjà hautement automatisés avant la pandémie. Mais la pandémie nous a permis d’apprécier encore davantage la valeur des données. Nous comprenons mieux nos installations – grâce au Condition-based Monitoring. Mon équipe connaît mieux les modes d’erreur. Notre approche : nous ne voulons pas rendre les réparations plus efficaces, mais pouvoir faire fonctionner l’installation plus longtemps. Au centre, il y a notre plateforme, qui est remplie de données et qui nous assure une transparence dans les processus.

Vous utilisez la plate-forme Lineview et les données Danfoss passent également par le système, c'est exact ? Est-ce que cela a été difficile ?

Pas difficile du tout. Il suffit d’un facteur de poussée et d’un facteur d’attraction. Nous avons rapidement compris que nous avions des ressources limitées, donc par exemple des temps d’entretien limités, et ils sont de plus en plus courts – surtout en haute saison. On ne peut pas se permettre de s’arrêter là. Chaque intervention, chaque activité doit avoir une bonne raison et nous devons savoir exactement ce que nous faisons. Je compare toujours cela à un arrêt au stand de Formule 1 – entrer et sortir. Push and Pull nous garantit que nous ne faisons rien gratuitement. La mise en œuvre n’a pas été difficile. Les questions suivantes ont constitué un défi : que voulons-nous réellement surveiller ? Qu’est-ce que cela nous apporte en termes monétaires et où mesurons-nous ? Où allons-nous chercher les données – dans l’armoire électrique, sur la chaîne de montage ?

Qu'est-ce qui vous convainc chez CBM ?

C’est très simple : le système ne se contente pas de nous dire que quelque chose va se passer, il nous informe aussi de l’endroit où se situe le problème, par exemple dans la boîte de vitesses. Les informations fournies par les données sont très détaillées et c’est important pour nous.

Quelle est l'importance de la facilité d'utilisation du système ?

Nous avons différents utilisateurs et utilisatrices et tout le monde n’a pas besoin des mêmes informations ; La direction de l’équipe veut avoir une vue d’ensemble. L’ouvrier sur la chaîne de production veut garder un œil sur sa machine. Nous avons différents rôles et le système doit pouvoir les représenter. Pour nous, c’est une bonne UX. Car nous voulons aller encore plus loin dans l’information. Nous ne voulons pas seulement connaître l’état de notre équipement, par exemple de nos convertisseurs de fréquence, mais aussi l’impact qu’il a sur notre produit final. Notre vision : à la fin, la machine ou le composant Danfoss nous propose une solution.

Cela ressemble à de l'optimisation de processus, de la maintenance prédictive et de l'apprentissage automatique ?

Oui, tout ça. Mais malheureusement, personne ne peut encore nous donner de conseils à partir de la machine. Mais nous y travaillons maintenant nous-mêmes en interne.

Découvrir Danfoss Drives